Groupe de travail sur la lettre


Ce séminaire se propose de travailler la tension toujours présente entre signifiant et lettre, tension que l’on peut percevoir tout au long des élaborations de Lacan. Se confondant avec le signifiant au tout début de son retour à Freud, la lettre s’en différencie de plus en plus au fil des séminaires. Que faut-il entendre par cette structure localisée du signifiant, comment envisager la nature fondamentalement unaire de la lettre ? De quelle matérialité s’agit-il dans ce qui ne cesse de s’écrire dans la trame du transfert ? Loin d’être considérations purement doctrinaires, penser le statut de la lettre n’est pas sans conséquences pour l’interprétation dans l’acte analytique comme pour l’objet de la cure. Que Lacan ait affirmé que sa seule invention aura été l’objet « a », souligne toute l’importance qu’il accordait à ce mixte de jouissance et de lettre. « Tout Un est susceptible de s’écrire d’une lettre... ce qui ne cesse pas de s’écrire dans le symptôme relève de là. » (RSI 21/1/75).

Sans vouloir être exhaustif sur un sujet qui a donné lieu à une telle créativité chez Lacan, nous proposerons de mettre au travail quelques textes accompagnés si possible de quelques incursions cliniques et nous verrons bien jusqu’où la lettre peut nous emporter dans son erre cette année.

Le séminaire se tiendra à l’AfB durant l’année 2019-2020, à partir de novembre, une fois par mois.

Les dates restent encore à préciser.

Responsables : Didier De Brouwer. Marine Gérard.


Il est demandé aux personnes intéressées de s’adresser à

mailto:didier.debrouwer@skynet.be