Editorial Septembre 2020

Le mot de la présidente


L’œuvre continuée de Babel


‘L’Eternel descendit pour voir la ville et la tour que bâtissaient les fils des hommes. Et l’Eternel dit : Voici, ils forment un seul peuple et ont tous une même langue, et c’est là ce qu’ils ont entrepris... Et l’Eternel les dispersa loin de là sur la surface de toute la terre et leur donna tous un langage différent. » (Le Livre de la Genèse, chap. 11, 5-9)


La discorde des langues s’inscrit dès la nomination de la ziggurat de Babylone, résidence des dieux du panthéon mésopotamien. En akkadien, la langue du code d’Hammurabi, le nom de la tour de Babel « Porte du ciel », laisse entendre l’orgueil bâtisseur des hommes, qui cherchent à se rapprocher des dieux tout en évitant le Déluge. Le nom de Babel en hébreu, « Confusion », laisse entendre la punition du Dieu unique outragé, qui impose la variété des idiomes et la dispersion des peuples sur la terre.


Pour lire plus:  AfB-Editorial_Septembre_2020.pdf

Mardi 01 Septembre 2020