Lecture du sinthome

Par Christian Fierens

Préface de Marc Darmon et Flavia GOIAN
Comment aborder le « symptôme », non pas simplement pour le faire disparaître ou le camoufler, mais pour y trouver la matière à développer toute la richesse et la complexité de l’humain? Voilà le « Sinthome » et toute la fécondité du dernier Lacan. Pour en savoir plus.
La lecture et le commentaire détaillé et rigoureux par Christians Fierens du Séminaire XXIII de Lacan, intitulé «Le sinthome », permettent de comprendre pourquoi et comment la pratique de la psychanalyse, inventée par Freud, doit s’expliciter dans ce qu’on appelle couramment la «topologie». On y découvre non pas l’explication psychologisante d’un ensemble de maladies psychiques, mais une méthode nouvelle pour penser la clinique. Chaque figure de pensée clinique (représentée éventuellement par un petit schéma) ne vaut en effet que par les multiples modifications (erreurs, échecs, réparations, etc.) qui peuvent la transformer en une autre figure. Le « sinthome » n’est pas le symptôme de telle maladie spécifique, c’est la mise en mouvement de la pensée clinique, où chaque moment de pensée n’existe que par l’ensemble des autres moments et par l’acte de pensée qui les anime (« appensée »). On ne partira plus dès lors de l’objet à traiter, mais de la structure présente dans le symptôme, valant toujours déjà comme un embryon de sinthome.
Pour retrouver tous les titres parus dans la collection érès poche – psychanalyse, cliquez ici

Jeudi 22 Février 2018