Dans un monde en crise Comment relégitimer éthiquement le « Principe d’autorité » ?

Jeudi 21 Juillet 2022

INVITATION des

Ateliers républicains d'ELNET :


En collaboration avec Gérard Rabinovitch, philosophe et sociologue




La 21e édition des Ateliers républicains
Se tiendra par visioconférence

 

Jeudi 21 juillet 2022
à 12:00 (heure française)
 

Dans un monde en crise

Comment relégitimer éthiquement le « Principe d’autorité » ?

 

Avec 

 

Jean-Pierre Lebrun

 

 

L’époque est aux précarités. Se soutenant aujourd’hui d’une dynamique d’émancipation devenue folle, ce que le philosophe Francis Bacon nommait les Idola Fori, les idoles de la place publique en cours, annoncent – a contrario de ce dont elles se revendiquent – non pas un plus de liberté humaine, mais dans leur synergie sous-jacente, un glissement vers un tohu bohu délétère et morbide.

Ainsi, confondues avec l’autoritarisme, la coercition, la domination - et par hyperbole la tyrannie -, l’autorité en principe d’une possibilité de vie collective, et son insécable paramétrage : les asymétries légitimes, font l’objet d’un dénigrement, d’une disqualification, d’une stigmatisation, qui n’annoncent rien d’un monde plus libertaire, mais surement d’une régression à ce que Freud attrapa sous le syntagme de la « Horde primitive ».

« Fasciste » pour ceux qui folâtrent sans consistance dans les échos de l’Histoire, « hégémonie patriarcale du mâle blanc hétérosexuel » pour les plus puérilement et inconséquemment batifolant, l’autorité est attaquée de toutes parts, traquée dans toutes ses dimensions instituantes (sexuation, famille, école, représentation politique, droit) sous l’imperium d’une affectation rebelle.

 

« Trouver un équilibre approprié entre les revendications de l’individu et les exigences culturelles de la collectivité » comme le mettait en perspective Freud dans Malaise dans la Culture, telle est l’œuvre contemporaine convoquante.

Il y va du projet démocratique et de ses promesses elles-mêmes.

 

Nous sonderons les effondrements de l’autorité et les perspectives d’en réinventer la signification bâtisseuse qui ne se soutient pas de la servitude, ni n’appelle la servilité, avec Jean-Pierre Lebrun qui a fait paraitre récemment, en dialogue avec le sociologue Alain Eraly : Réinventer l’autorité, aux éditions ÉRÈS.






Jean-Pierre Lebrun est psychiatre et psychanalyste, agrégé de l’enseignement supérieur,

Ancien président de l’Association freudienne de Belgique et de l’Association Lacanienne internationale. Il est actuellement vice-président de cette même association. Il exerce à Bruxelles et Namur.

Il est également directeur de collection chez Erès et auteur de plusieurs ouvrages consacrés à Subjectivité et lien social, dont : Un monde sans limite. Essai pour une clinique du social (Érès, 1997) ; La Perversion ordinaire : vivre ensemble sans autrui (Flammarion, 2015) ; Un immonde sans limite, 25 ans après un monde sans limite (Érès,2020) ; Et en dialogue avec Charles Melman : La dysphorie de genre, À quoi se tenir pour ne pas glisser ? (Érès, 2022). 

 

Philosophe et sociologue, chercheur au CNRS, chercheur associé au Centre de recherches psychanalyse, médecine et société (université Paris-Diderot), Gérard Rabinovitch est également directeur de l’Institut européen Emmanuel-Levinas de l’AIU, et vice-président de l’Institut universitaire Rachi à Troyes. Il établît l’ensemble de ses travaux dans l’articulation de la philosophie politique avec l’anthropologie psychanalytique et l’histoire. Depuis de nombreuses années, il porte sa réflexion sur les crises civilisationnelles de l’époque moderne et contemporaine. Auteur de nombreux ouvrages et articles de recherche (dont : Terrorisme/Résistance. D’une confusion lexicale à l’époque des sociétés de masse, et Somnambules et Terminators. Sur une crises civilisationnelle contemporaine, ), il explore le conflit entre « civilisation de vie » et « civilisation de mort » comme seul « choc » légitimement explorable et nommable des civilisations. « Choc » qui ne se de?roule pas entre les civilisations, mais qui est interne à chacune d’elles, entre éthique de vie et jouissance de mort.

 

Il a été le commissaire scientifique de l’exposition « Survivre. Les enfants dans la Shoah » du Mémorial de Caen (2009) et l’auteur du dossier « Les enfants dans la Shoah » pour France TV Education (2012).