L'objet a en psychanalyse

Groupe de travail

Responsables : Marine Gérard et Pauline Macé.

De l'objet a Lacan disait qu'il était sa seule invention. Du texte de l’Esquisse de Freud à la topologie borroméenne, l'objet revêt, se révèle, sous de nombreux aspects : objet(s) pulsionnel(s), objet transitionnel, fétiche, objet du fantasme, objet cause du désir….

Nous souhaitons nous appuyer sur quelques textes et sur la clinique pour une mise au travail avec les moyens du bord, c'est-à-dire les outils de la psychanalyse.

La clinique avec des enfants nous interroge sur les voies qu'emprunte la mue de l'objet en objet a : la sexualisation de sa matérialité grâce à l'instance phallique, le passage de l'Autre réel à l'Autre comme lieu de parole.

La clinique avec les adultes nous questionne sur cet objet a non spécularisable, qui échappe au sens, au signifiant. Objet chu ou objet dans la poche ; rien qu'une lettre et pourtant point de butée…

Que pouvons-nous repérer dans le discours des patients ? En quoi cela nous sert-il dans l'actuel de nos cliniques ? Quelles conséquences sur le maniement du transfert ? La direction du travail ?

Contact :

Marine Gérard marine.gerard@gmail.com

Pauline Macé : pmace.psy@gmail.com

Date : Un mardi par mois à partir d'octobre à 20h30, dates encore à définir.